La télévision en haute définition

On ne parle que de haute définition, mais en dehors de certains grands magasins qui disposent de vidéos à ce format, il n'est pas évident de savoir exactement de quoi il s'agit et quel matériel acquérir pour en profiter...

1. Quelques définitions...

Avant de rentrer dans le vif du sujet, voici quelques définitions qui vous permettront de mieux comprendre les termes qui seront fréquemment employés plus loin. Tout d'abord la résolution :

Appelée également définition d'écran, la résolution est en quelque sorte la matrice d'affichage de l'écran : elle est composée d'un ensemble de points lumineux ou pixels. On la définit par la multiplication du nombre de pixels selon l'horizontale par le nombre de pixels selon la verticale. Ainsi, une télévision 4/3 «classique» qui compte 576 lignes de 720 pixels chacune a une résolution de 414 720 pixels (720x576).

2. Pourquoi la haute définition ?

La télévision en haute définition, ou TVHD, permet d'apporter bon nombre d'améliorations dont le format de l'image qui passe du 4/3 au 16/9, une meilleure résolution de l'image (on passe de 576 lignes affichées à un maximum de 1080) et de nouvelles fonctionnalités de gestion des droits pour le plus grand bonheur des diffuseurs.

Pour regarder un téléviseur 4/3 «classique» dans de bonnes conditions, la distance idéale est d'environ 4 fois la diagonale de l'écran. Avec l'arrivée des écrans plats, les tailles des téléviseurs ont sensiblement augmenté pour atteindre aujourd'hui 107cm, voire 165cm pour les plus imposants. Mais les dimensions de nos salons n'ont pas augmenté dans les mêmes proportions, bien au contraire ! Pour conserver une même qualité d'image avec des écrans que l'on regarde de plus en plus près en rapport à leur diagonale, il faut donc augmenter le nombre de points qui les compose (leur définition).

3. Quelles résolutions pour la TV HD ?

En augmentant la définition de l'image, on augmente son niveau de détail, c'est que qui donne aux vidéos TVHD leur grande finesse.

L'affichage de la haute définition

A ce jour, la télévision haute définition se décline en trois formats : 1080i, 720p et le 1080p. Mais quelles en sont les différences ?

1080i
Ce format, qui propose une résolution de 1080 lignes comportant chacune 1920 pixels, affiche des images entrelacées (d'où le i pour «interlaced» en anglais). Cette technique consiste à entrelacer deux demi-images pour en former une.
720p
Ici, pas d'entrelacement d'image, mais un balayage progressif (d'où le p pour «progressive») censé offrir plus grande stabilité de l'image qui reste nette y compris lors de mouvements rapides (toutes les lignes sont affichées en une seule fois). La résolution du 720p est de 720 lignes comportant chacune 1280 pixels.
1080p
Cette norme, encore très peu répandue, propose la meilleure qualité d'image puisqu'elle permet d'afficher une résolution de 1080 lignes de 1920 pixels en une seule passe. Cependant, pour tirer pleinement parti du  1080p, les appareils doivent être équipés d'un port HDMI version 1.3 et les diffuseurs doivent également proposer un contenu à cette norme, ce qui est loin d'être le cas.

Chacun des deux principaux formats (1080i et 720p) ont leurs avantages et leurs lacunes, et on ne peut objectivement dire que l'un est meilleur que l'autre, tout dépendant du contenu affiché.

4. La HD côté contenu...

Les diffuseurs également se posent la question de la norme à adopter : Si le 1080i donne des images de meilleure qualité, le 720p quant à lui permet de bénéficier d'un meilleur taux de rafraichissement et donc d'offrir une image plus nette lors de mouvements rapides. Les chaînes de télévision vont donc opter pour un format ou l'autre en fonction de leur contenu : Une chaîne sportive préfèrera privilégier le 720p alors qu'une chaîne documentaire optera pour le 1080i...

Le contenu haute définition : Il arrive progressivement et aujourd'hui il existe deux principaux modes de diffusion permettant de bénéficier d'un contenu HD :

Les programmes de télévision tournés en HD
Proposés sur des bouquets satellite (CanalSat et TPS) moyennant une option mensuelle de quelques euros pour le terminal (MediaSatMax), certaines chaînes proposent du contenu en haute définition. Par ailleurs, certains bouquets ADSL proposent des programmes HD (renseignez-vous auprès des fournisseurs). Il est également question de proposer de la haute résolution via la TNT, mais bien que des tests aient été menés dans certaines villes, la date de lancement officielle est encore incertaine.
Les programmes en vente sur support optique
Deux normes s'affrontent sur le terrain des supports optiques : Le Blu-Ray et le HD-DVD. On commence à trouver films et spectacles utilisant ces supports dans le commerce. A moyen terme, il y a peu de chances que deux formats puissent cohabiter, mais bien futé qui saura dire lequel des deux survivra !

5. HDCP : le système anti-copie obligatoire !

Connecteurs DVI (en haut) et HDMI (en bas).Qui dit numérique dit également duplication sans perte de qualité, et ça, les producteurs de contenu y sont farouchement opposés. Intel les a entendus et a développé le HDCP ou High-bandwidth Digital Content Protection que l'on peut traduire par «Protection des Contenus Numériques Haute Définition». Il est destiné à contrôler les flux audio et vidéo numériques transitant par les connexions HDMI ou DVI pour les protéger contre la copie.

Seuls les fabricants de matériel et les diffuseurs de contenu ayant obtenu une licence peuvent intégrer cette technologie. Pour l'utilisateur, elle implique que toute la chaîne de diffusion soit compatible HDCP (récepteur, enregistreur et écran). En pratique, un film ou même un match protégé diffusé en HD sur un bouquet satellite pourra être visualisé haute définition sur un téléviseur HD à condition que ce dernier soit compatible HDCP. Si ce n'est pas le cas, le téléspectateur obtiendra dans le meilleur des cas un affichage en qualité détérioré (basse résolution), et dans le pire des cas un écran noir (en fonction du choix du diffuseur). De même, le diffuseur garde la main sur les possibilités d'enregistrement : il peut autoriser ou non  la pause sur le direct (time shifting) et/ou l'enregistrement du programme.

Problème : Si la plupart des lecteurs (Blu-ray et HD DVD) et des écrans tv haute définition du marché sont aujourd'hui compatibles HDCP, ce n'est pas encore le cas des moniteurs informatiques et des cartes graphiques. Deux points a vérifier avant d'investir dans un lecteur Blu-ray ou HD DVD pour PC sous peine de ne pas pouvoir lire les films HD édités sur ces supports...

6. HD Ready, Full HD, Compatible HD, TV HD, quel label choisir ?

Sur les écrans des téléviseurs haute résolution, fleurissent les labels et il est bien difficile pour un amateur non confirmé de s'y retrouver.

HD Ready
Label HD ReadyCe label, défini par l'EICTA (European Information and Communication Technology Industry Association) et lancé en grandes pompes en juin 2005, est le seul véritable label «officiel». Pour pouvoir être apposé sur un appareil, son fabricant s'engage a respecter un cahier des charges strict :

- Format 16/9
- Entrée analogique (YUV) et numérique (DVI ou HDMI)
- Résolution minimum de 720 ligne et prise en charge du 720p et du 1080i
- Compatibilité avec la norme HDCP (dispositif anti-copie)

Dans les faits, aucun contrôle n'étant effectué par l'EICTA, on se doit de faire confiance aux dires des fabricants et une vérification des points ci-dessus est à effectuer avant tout achat.
Full HD
Full HD 1080Attention avec cette appellation car elle n'a jamais été clairement définie et il ne s'agit pas à proprement parler d'un label. Dans la pratique, elle est souvent utilisée pour les appareils haut de gamme affichant une résolution de 1920x1080 pixels (1080i et 1080p). Avant de craquer pour un écran de ce type, il faut tout de même vérifier que la compatibilité avec le système anti-copie HDCP est pleinement assurée sous peine de se retrouver face à un écran noir !
HDTV
Label HDTVHistoire de compliquer un peu les choses (c'est vrai que tout était jusqu'alors beaucoup trop simple), l'EICTA a lancé en mars 2006 le label HD TV qui se destine aux appareils capables de recevoir, traiter et de transmettre un signal haute définition. Il peut donc se retrouver apposé sur des terminaux TNT, satellite, câble et même ADSL, des lecteurs enregistreurs / graveurs de salon et bien entendu sur les téléviseurs ! C'est d'ailleurs sur ces derniers que la confusion peut s'installer car là où le label HD Ready impose des entrées analogiques et numériques, le label HDTV quant à lui laisse la liberté du type d'entrée au fabricant (numérique ou analogique)...
Compatible HD
Attention aux pièges, car sous bon nombre de pseudo labels similaires («Compatible HDTV», «Prêt pour la HD», «Compatible HD»...) se cache une triste réalité : les appareils (bien souvent bon marché) arborant ces dénominations sont incapables d'afficher une résolution HD, ils se contentent de traiter un signal HD pour le convertir à la résolution standard afin de l'afficher. Pour un amateur désirant faire l'expérience de la haute définition, ce type d'appareil est complètement inutile d'autant que le HDCP ne sera pas géré.

7. HDMI et DVI, une histoire de connectique

La haute définition a rendu obsolètes les connecteurs analogiques traditionnels cinch et autres péritel. Pour relier tous les appareil de la chaîne vidéo haute définition en numérique et pour pouvoir maitriser les droits d'utilisation du contenu via le HDCP que nous avons abordé plus haut, deux nouveaux types de connexion ont fait leur apparition : Le DVI et le HDMI.

La connexion DVI
Cette connexion se décline en trois types de connecteurs :
   - Le DVI-A qui transmet exclusivement un signal analogique,
   - Le DVI-D qui transmet exclusivement un signal numérique,
   - Le DVI-I qui transmet à la fois un signal analogique et numérique.
Le DVI-D (numérique donc) est le format que l'on retrouve sur les téléviseurs HD. Ce connecteur ne transportant que l'image, un second cordon dédié à l'audio numérique (optique ou coaxial) devra être utilisé pour le raccordement de l'appareil.
La connexion HDMI
Le HDMI est une connexion qui a été développée par un consortium emmené par Hitachi, Matsushita, Philips, Silicon Image, Sony, Thomson et Toshiba pour la transmission des signaux vidéo et audio numériques dans un seul et même câble. Lancée dans sa première version en décembre 2002, cette norme de connexion a été révisée en mai 2004 (version 1.1), en août 2005 (version 1.2) et finalement en juin 2006 (version 1.3) pour y ajouter de nouvelles fonctionnalités et améliorer la compatibilité entre appareils.
Le HDMI permet d'acheminer jusqu'à huit canaux audio en simultané et la vidéo est transmise sur trois canaux (un par couleur : rouge, vert et bleu) tout comme pour le DVI-D.
 
Copyright 2017 © GFX Studios Interactive - Tous droits réservés - Contact - Réalisation GFX Studios